À découvrir
l’atelier de Dessin-Peinture

Pour certains, il y a d’abord une envie, une passion qui remonte parfois à l’enfance. Avec un crayon, du papier, de la couleur, ils retrouvent le plaisir du geste et renouent avec la capacité expressive du dessin et de la peinture. Pour d’autres, étudiants, l‘atelier permet de bénéficier d’une formation et d‘élaborer un book afin d’intégrer une école d’art. Pour mettre ou remettre à pied d’œuvre les participants, Agnès Lévy propose des mises en scène autour du végétal, de l’animalité, de l’objet. Autant de prétextes pour apprendre à observer, dessiner, et appréhender l’espace, le volume, la composition. En bref, assurer ses pas pour trouver des espaces de liberté.

Sur une table au centre de l’atelier est installée une nature morte au faisan avec des fruits, une miche de pain, des coloquintes jaunes et oranges, une carafe et en arrière-plan un textile brodé. Durant trois semaines, les participants vont représenter cette composition par le dessin, par la peinture en changeant d’angle de vue. Aux murs sont accrochés des travaux préparatoires et séries sur papier qui témoignent des différentes approches du sujet. Découvrir une infinité de possibilités formelles à partir de cette mise en scène est l’exercice soumis aux participants par Agnès Lévy. L’épuisement du sujet, l’expérimentation des médiums animent l’œuvre de cette artiste qui décline son talent à travers divers supports.

Si l’art s’apprend lentement, pas à pas, le premier de ces pas est le dessin. Instrument de l’apprentissage et de la recherche, II permet de voir, d’assimiler, de comprendre, de penser. Agnès Lévy laisse à chacun le choix des éléments : crayon, fusain, pastel avant de se confronter à la peinture et à la couleur. Pas question de rester prisonnier d’un médium ou d’une manière. Elle pousse ses élèves à expérimenter avec une grande liberté. « Certains vont recadrer le sujet, le travailler en hauteur, en longueur, n’en reproduire qu’un élément, le faisan, les fruits. Je les invite à s’emparer de la composition à la déconstruire dans une approche contemporaine. Mais être libre, ce n’est pas faire n’‘importe quoi, c’est aller au bout de chaque chose, de son idée, de creuser ».

Maryse qui pratique depuis 11 ans a été immédiatement séduite par cet « esprit d’atelier ou le fait de travailler tous sur le même thème permet d’échanger, de croiser les regards. Aujourd’hui, elle a choisi de représenter le faisan seul et tête en bas en modifiant sa couleur et les lignes de contour. « Agnès nous pousse à sortir du cadre, à enrichir notre palette et restituer sur la toile notre imaginaire, tout en respectant les règles de la composition ».

À la recherche d’une formation artistique, Marie-Christine s’est laissé convaincre par le bouche à oreille : « Les atouts de cet atelier ? Ouvert, inhabituel, loin d’un enseignement formaté. Il y a beaucoup de variété et d’originalité dans les sujets abordés. Une fois, nous avons étudié une tête de poisson, un sujet étrange qui à priori ne m’attirait pas. Mais en le regardant avec attention et persévérance, j’y ai décelé des possibilités graphiques et chromatiques. Il ne s’agit pas de copier mais de comprendre les formes et ensuite de suivre sa propre intuition. »

Architecte, Valérie retrouve ici le plaisir de la peinture. Guidée par Agnès, elle apprend à jouer de l’épaisseur et du grain du papier, à animer des objets inertes. « Professeure exigeante, mais toujours bienveillante, elle nous pousse à ne pas rester sur nos acquis. C’est quelquefois inconfortable et il y a bien sur des écueils. Mais ce qui est intéressant, c’est de ne pas céder à une certaine facilité. En prenant des risques, on développe sa créativité ».

Dans la composition, Françoise a choisi un élément, les coloquintes et un médium, le pastel. « Avec les séries, on peut regarder régulièrement son travail, le modifier plusieurs fois. Prendre de nouvelles décisions. Lorsque se pose un problème, il faut éliminer la première solution qui se présente et en chercher une autre ».

Le chemin, on le sait, est tout aussi important que le but.

 

Découvrir les horaires de cet atelier