À découvrir : l’atelier d’Images Numériques

Il y a vingt cinq ans sortait la première version de Photoshop, un nouveau logiciel de traitement d’images. Aujourd’hui, cet outil formidable et indétrônable offre une palette incroyable d’outils et de fonctions. En quelques clics, il permet de retoucher les images numériques et d’en créer ex nihilo, en repoussant les limites du réel. L’atelier animé par Catherine Nyeki est ouvert aux adultes de tous niveaux. Le but ? Apprendre à maîtriser le logiciel et l’utiliser comme un pro.

L’espace dédié à l’enseignement de l’image numérique offre onze postes de travail équipés d’ordinateurs : cinq Mac et six PC. À chacun de choisir la machine dont il a l’habitude. Le principal est d‘être à l’aise. Les prérequis ? « Il suffît de bien connaître l’interface d’un ordinateur, aucune notion préalable en graphisme n’est exigée » précise Catherine Nyeki, artiste plasticienne et scénographe dont l’œuvre pleinement contemporaine se situe à la croisée des univers de la musique, du numérique, et de la scénographie. Elle évoque les images surréalistes et facétieuses de l’espagnol Chema Madoz et les effets d’optique du suédois Erik Johansson parmi ses influences.

Pour les débutants, la première étape est la découverte des outils de recadrage, peinture, retouche, dessin, textes, etc... Ensuite, on aborde le concept clé qui fait la force et la magie de Photoshop : les calques. Superposés en couches successives, ils peuvent être modifiés, déplacés, supprimés indépendamment sans altérer l’image originale. Puis on traite le chapitre de la couleur et les réglages permettant de changer, éclaircir ou raviver la chromie d’une image. Pour ajouter, par exemple, un peu de bleu à un ciel de vacances, redonner de l’éclat à une vielle photo jaunie ou un polaroid. En bref, manipuler les images pour les embellir. Et les magazines ne s’en privent pas. D’un coup de gomme magique, Photoshop enlève les rides, affine le corps et efface toutes les imperfections. 

Mais au delà de cet usage, la puissance de la boite à outils, bien maîtrisée permet à chacun de donner libre cours à toutes ses envies créatives : photomontage, flyers, cartes de visites, effets spéciaux, dessin vectoriel. L’exercice du jour ? Ajouter du texte sur une image de wax (textile africain coloré). Les différentes étapes sont déroulées via un tutoriel en vidéo projecteur. Chacun note ce qu‘il doit faire, puis recourt à la liste d’outils pour jouer avec la typo, la taille, l’alignement. Catherine Nyeki passe de poste en poste pour répondre aux questions avec un grand soin pédagogique mêlé de créativité.

« Lors de chaque cours, on apprend une nouvelle action qui nous rend de plus en plus autonome. Même au début, je n’ai pas été intimidée, car un clic égale une fonction » dit Nathalie. « J’ai choisi cet atelier pour me risquer dans d’autres voies, sortir de la routine de mon travail de documentaliste, me divertir. Je m’intéresse aux passerelles entre la peinture et le numérique». Quant à Laura, elle a été séduite de prime abord par « la légèreté du matériel, une simple clé USB pour enregistrer mon fichier d’images. Je travaille dans la finance et la maîtrise de Photoshop me permet de rendre les supports de communication visuelle plus séduisants et plus créatifs pour le public auquel je m’adresse ». Grande voyageuse, Natacha revient de ses périples avec de nombreux clichés spontanés. Grâce à Photoshop qui couvre toutes les dimensions du traitement de l’image, elle les trie, les classe, et utilise toute la palette d’outils pour en améliorer la netteté, corriger l’exposition, booster les couleurs, les recadrer. « Ce logiciel Photoshop permet de s’aventurer, d’explorer de nouveaux champs d’expression, d’effacer de recommencer, de travailler son agilité et sa souplesse ».

 

Découvrir les horaires de l’atelier.