l’atelier de Peinture à l’huile

La peinture à l’huile a ses règles, ses lois, ses techniques. Inventée par Van Eyck au XVIIe siècle puis adoptée par les plus grands artistes elle est devenue au fil du temps la technique la plus noble. Aujourd’hui, l’artiste et intervenant Gilles Fourgassié, qui en maitrise toutes les finesses, invite à découvrir sa richesse chromatique et toutes ses possibilités expressives.

 Quel est l’enjeu pour le groupe d’étudiants, d’actifs ou de retraités réuni une fois par semaine dans cet atelier ? S’affronter à la toile, à la matière, et à la couleur pour peindre un tableau. Et exprimer ses émotions. Une fois posés les codes de la peinture à l’huile, Gilles Fourgassié encourage l’apprentissage de la liberté plutôt que de faire avaler un enseignement formaté. Pour cet artiste qui flirte avec le figuratif, le surréalisme, pas question de rester prisonnier d’un genre ou d’une manière. Mais être libre, ce n’est pas faire n’importe quoi. Les participants trouvent ici un cadre, une voie, du sens. En premier lieu, s’impose la connaissance de la gamme chromatique : les trois couleurs pures de base, le jaune, le rouge, le bleu qui enfantent toutes les autres ; les oppositions de couleurs qui font vibrer la toile ; les juxtapositions qui permettent des illusions et des effets plus forts.

Vient ensuite un peu de chimie : l’utilisation du médium, une solution à base d’huile de lin et de solvant qui modifie la consistance de la peinture. Puis, la règle absolue du « gras sur maigre » : la nécessité de poser une couche toujours plus grasse que la précédente pour permettre à l’œuvre de sécher, de durcir et de bien vieillir.

Noémie, entreprend une reproduction d’une nature morte en clair obscur de l’artiste anglais Mat Collishaw. Elle commence par un brouillon léger au crayon à papier puis pose sa première touche de couleur avec peu de peinture «  J’ai choisi l’huile pour son rendu soyeux, la lenteur du séchage et la possibilité de toujours retoucher le travail et les couleurs. Je trouve ici des moments détente à des années-lumière de mon monde professionnel » précise cette jeune ingénieure en aéronautique. Plus expérimentée, Atika finalise une œuvre personnelle toutes en sinuosités végétales en exploitant la qualité graphique du noir et blanc. Après avoir suivi des cours à l ‘École du Louvre, Anne a voulu unir la théorie à la pratique et s’attache à percer le secret de la peinture à l’huile : faire des ombres et des lumières avec de la matière.

Quant à Charlotte, elle s’initie aujourd’hui à la peinture au couteau et dépose des touches de couleurs pures et gaies sur une scène de régates. « Un tableau est quelque chose de difficile à réaliser sur tous les plans et on ne sait jamais où l’on va ». Son objectif ? Apprendre, encore et toujours. Dans l’atelier de Gilles Fourgassié, où l’on ressent un vrai dynamisme et une bonne entente entre les participants elle « trouve des réponses à ses questions, se sent libre d’exprimer ses idées et de les partager ».

 

Découvrir les horaires de cet atelier.